Imprimer
Affichages : 704

 

L’UNSA était représentée par Emilie Cerisier, Gwendoline Prosper, Béatrice Laugraud, Sylvie Garcia et Nicolas Martel.

Un GT spécifique COVID s’est tenu ce jour pour échanger sur la note de service relative aux modalités d'organisation du travail au ministère de l'agriculture et de l'alimentation en fonction de l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Celle-ci devrait être publiée dès le lendemain 17 septembre.


 Télécharge le Comte rendu Ici

L’UNSA a porté un certain nombre d’amendements dont certains seront présents dans la note de service ou ses annexes :


Pour les informations que ce GT a clarifiées :

Les jours de télétravail sont contingentés car il n’est pour l’instant pas question de reconfinement mais d’une organisation des services pour limiter le nombre d’agents.

 

Pour les agents listés comme très vulnérables, le télétravail reste la priorité ; si celui-ci n’est pas possible, ils sont placés en ASA (sur certificat médical du médecin traitant sans mention de l’affection).

Pour les agents présentant un autre facteur de vulnérabilité, le télétravail peut être privilégié, de même que pour les agents vivant avec une personne vulnérable. Si le télétravail n’est pas possible pour ces derniers, un aménagement des locaux de travail doit être mis en oeuvre (accompagnement du médecin de prévention).

Concernant les cas contact : Si on est cas contact (voir enquête épidémiologique de l’ARS,
parfois via l’employeur), l’agent est placé en télétravail pour 7 jours avant de pouvoir être testé (test précoce non fiable). Si l’agent est négatif, il reviendra au bout de 7 jours ; s’il est positif, son arrêt sera prolongé de 7 jours.


Concernant les gardes d’enfant : l’agent est placé en télétravail en cas de fermeture de classe ou si l’ARS place l’enfant en cas contact. En cas d’impossibilité, il pourra être placé en ASA. Un justificatif devra être fourni par l’école ou par l’ARS.