Imprimer
Affichages : 1094

Logo UNSA FPCTM du 2 juin 2020UNSA Agrifor


 

CTM : faire le point sur la crise

Télécharge le compte rendu complet ICI                            

 

Ordre du jour : Consultation sur les lignes directrices de gestion (LDG) « Promotion etvalorisation des parcours ».

L’UNSA était représentée par Martine HARNICHARD, Gwendoline PROSPER, Guy SIGALA, Alain STEUX, Jérôme CHAUR et Béatrice LAUGRAUD.

Ces lignes ont été discutées lors de plusieurs groupes de travail. L'UNSA s'est abstenue sur le document final comme FO, la CFDT et l'Alliance du Trèfle.
Nous rappelons que toutes les organisations syndicales ont contesté la réforme du dialogue social à travers l'évolution des compétences des CAP et CCP qui empêche les contre-pouvoir démocratiques de jouer.

Les syndicats maintenant conseillent, informent et accompagnent les recours individuels.

Si un seul point était à l'ordre du jour de ce CTM, 41 questions diverses ont été déposées par certaines organisations syndicales dont l'UNSA.


Thèmes en débat :

 - Distanciation : 63 % des cas où les mesures ont été améliorées. Peu de cas où les conditions ont été dégradées.
- Masques : portés sur chaine mais peu en circulation ou dans les bureaux. Visières : peu utilisés car jugé peu efficace.

Suivi des « cluster abattoirs » :

Essarts-en-Bocage : 21 cas COVID identifié. 1 seul hospitalisé.
Les Herbiers : 11 positifs dont 1 agent sanitaire. Pas de cas hospitalisé - Abattoir arrêté 1 semaine.
Sablé-sur-Sarthe : 5 cas sur 57 personnels. Pas d’hospitalisation.
Bignan : 4 COVID. Pas d’hospitalisation.
Kermené : 141 cas positifs surtout dans l’atelier de fabrication de jambon – 1 hospitalisation.
Fleury-les-Aubrais : 94 cas COVID confirmés – aucune hospitalisation – aucun décès.

Au total : 276 cas confirmés – 1 agent SVI concerné.


Organisation de l’Aïd-el-kébir : La date n’est pas encore définie, elle se situera vers le 31 juillet/début août. Il faut bien définir les conditions sanitaires. Le fonctionnement des abattoirs pourra être modifiés en fonction de la situation sanitaire. Il faut travailler avec les représentants des cultes, y compris pour mettre des personnels de contrôles des fidèles pour respect des consignes (à la charge de la communauté religieuses). Les agents des DD(CS)PP n’assureront pas cette tâche.

L’UNSA demande que le territoire de la Corse bénéficie d’une attention particulière, les établissements d’enseignement restant fermés sur l’île jusqu’à la rentrée de septembre ce qui peut poser des difficultés.

Dans les services déconcentrés, DDI notamment, le niveau de présentiel est supérieur à celui de l’Administration Centrale.

Il sera suivi d'un groupe de travail CTM de suivi du COVID comme demandé par l'UNSA.